jeudi 16 avril 2015

Il y a 70 ans… n’oublions pas !

Oui, je sais! Certains vont encore me dire: ce n’est pas fini de rappeler le passé?... La Shoah, c’est de l’histoire ancienne… Pour peu, certains ajouteraient : on a déjà oublié…

C’est que justement, certains voudraient oublier la tache indélébile qui a marqué notre 20ème siècle. Des millions de morts, massacrés en masse et de manière quasi industrielle, sans émotion ou sentiment coupable. Comment cela a-t-il été possible ? Jamais dans l’histoire on n’avait atteint une telle barbarie et à une échelle aussi grande. Alors pourquoi la Shoah peine-t-elle à trouver sa place dans l’histoire ? Pourquoi certains, 70 ans après, souhaitent-ils réduire cet événement unique à un « point de détail » de la Seconde Guerre Mondiale ?

C’est que d’abord, ils sont encore très nombreux à contester le fait historique et davantage encore son ampleur. On pinaille sur les « chiffres », pour le réduire au maximum, comme si quelques unités pouvaient effacer la honte et la culpabilité. Ensuite parce qu’en niant les faits du passé, on s’autorise aujourd’hui à envisager une véritable extermination du peuple juif dans ses frontières. Ce qui n’a pas existé ne peut donc se répéter.



Le Hezbollah a toujours déclaré ne s’opposer en rien au « retour » des Juifs en Israël dès lors que cela faciliterait son projet d’éradication de « tous » les Juifs. L’Iran clame aussi depuis des années son intention de rayer Israël de la carte et s’y prépare par tous les moyens, y compris l’acquisition d’une bombe atomique. Dernièrement, le chef des pasdarans (l’armée iranienne) déclarait devant les médias et le président américain que la destruction d’Israël était non négociable. Voilà qui a le mérite d’être clair. Plus prés de chez nous, le déballage familial des Le Pen montre combien le patriarche n’a rien perdu de son idéologie antisémite et que cela embarrasse, non pas parce qu’on est pas d’accord avec lui sur le fond, mais parce que le grand-père Le Pen manque de finesse dans sa communication. Mais pour ceux qui savent décrypter les « amitiés » de la grande famille Le Pen, il n’est pas possible de se laisser tromper.

Et que dire des « débordements » des grandes manifs de ces dernières années où il a été possible d’entendre des « mort aux Juifs ! » dans les rues de Paris, sans que personne ne s’en offusque dans les médias comme parmi les politiques ?

Il y a 70 ans, l’armée Rouge libérait les camps d’Auschwitz-Birkenau. On découvrait alors l’ampleur de l’horreur que certains avaient pourtant annoncée depuis plusieurs années. On a filmé des kilomètres de bandes vidéo, enregistré des milliers de témoignages, écrit des volumes entiers pour préserver le souvenir de l’infamie, mais aussi le souvenir de toutes les victimes qui chacune portait un nom, un prénom et une histoire.

Alors, pourquoi aujourd’hui se souvenir ?... Parce que celui qui oublie les leçons des erreurs du passé est condamné à les voir se répéter.

70 ans après, les derniers témoins s’éteignent un à un et il ne restera bientôt plus personne pour porter plus loin le souvenir de ceux qui ont été réduits en cendre. Mais qui eu cru en son temps que de ses cendres renaitrait d’un seul coup un peuple, une nation, sur la terre de la promesse faite aux patriarches il y a prés de 4000 ans ?... Le prophète Ézéchiel (chapitre 37) en a eu la vision impressionnante. D’os bien secs s’est levé un peuple, de ce qui n’était que poussière s’est formé une nation, en quelques instants. Qu’en sera-t-il quand Dieu insufflera son esprit dans ces « corps » encore sans vie ?... Le miracle de l’Esprit.


Guy ATHIA

samedi 21 mars 2015

APRÈS LE TEMPS DES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES… UNE MISE AU POINT S’IMPOSE !

Tous les sondages donnaient au mieux une victoire étriquée de la gauche contre un Likoud atone à l’issue d’une campagne « dure » où les candidats n’ont rien lâché, s’empressant de répondre vertement à toutes les critiques, quitte à verser dans la démagogie. Bref ! Une campagne électorale israélienne « normale » diront certains.

Vraiment ?... Les médias hexagonaux, comme à leur habitude, ne cachaient pas leur parti pris. C’est que le « Bibi » n’était pas présenté sous les meilleurs hospices. Le sobriquet du Premier ministre israélien, quoiqu’en apparence sympathique, continuait de résonner faux dans la bouche des journalistes. Celui-ci était au mieux présenté comme un farouche nationaliste, un politicien doué ou rusé, au pire comme un fasciste à déboulonner au plus vite.



C’est qu’à l’heure de la mondialisation, le nationalisme, où qu’il soit, fait mauvais genre. C’est un régime dépassé, aux accents totalitaires. S’agissant d’Israël, celui-ci est même perçu comme le modèle par excellence à bannir du monde civilisé.

Au bout du compte, les résultats ont démenti les sondages. Benyamin Natanyahou, qui avait lui-même provoqué ces élections anticipées – faute d’arriver à réunir une coalition stable – se trouve à présent en mesure de gouverner avec une majorité plus large et avoir les moyens d’imposer sa politique aux quelques « petits »partis susceptibles encore de le « faire chanter ».

Barak Obama, de son côté, s’était même immiscé ouvertement dans la campagne israélienne, soutenant financièrement et par des conseillers les représentants de la gauche israélienne avec l’intention claire de faire « battre » Bibi. Peine perdue.

La victoire de la droite, très nette, va donner assurément de l’autorité au Premier ministre. Elle a cependant révélé une certaine fracture au sein de la société israélienne. Le parti dit « sioniste », arrivé en seconde position avec 6 sièges de retard derrière le Likoud (droite), était en fait composé de deux partis (les « travaillistes » - la gauche socialiste classique – et le parti centriste « Kadima »). Mensonge ou paradoxe, de ce parti, certains des candidats à la députation n’ont pourtant pas caché leur antisionisme, déclarant, entre autres, refuser d’envoyer leurs enfants faire leur service militaire obligatoire. Il convient de rappeler aussi que la nouvelle législation relative à ces élections obligeait certains « petits » partis à essayer de se regrouper pour arriver à avoir une représentation au parlement (il fallait un pourcentage minimum de voix pour obtenir un siège).

C’est ainsi que nous avons vu les trois partis arabes se réunir pour obtenir au final 14 sièges. La presse s’est bien entendu précipitée pour affirmer qu’il s’agissait d’un succès de la démocratie et de la représentation arabe en Israël (inimaginable dans un pays arabe avec une minorité non musulmane). À y regarder de plus près, on réalise que ces trois partis ont bien peu de choses en commun : le premier est un parti communiste laïque, le second est un parti nationaliste nassérien et le troisième est islamiste. On peut parier que leur unité de façade ne dépassera pas les quelques jours.

Ce qui est vraiment frappant dans la démocratie israélienne, en l’observant de France, c’est cette façon dont les Israéliens « supportent » en leur sein des représentants arabes ou de la gauche qui ouvertement s’affichent antisionistes et qui prônent même la fin de l’état juif, soutenant les ennemis déclarés d’Israël. C’est un peu comme si en France, à la veille de la première ou de la Seconde Guerre mondiale, on autorisait au parlement que soient élus des députés ouvertement proallemands ou franchement nazis, qui demanderaient la fin de la France aux Français et sa transformation radicale en un état multiculturel. Ces derniers seraient sans doute rapidement arrêtés et démis de leurs fonctions.

En Israël, rien de tel. Et même si ces derniers sont minoritaires, rares sont les actions judiciaires menées contre ces représentants au parlement, ouvertement hostiles à Israël.

Certes, les élections sont à présent derrière nous et il va bien falloir avancer. De discussions de paix avec les Palestiniens ?... Ils ont déjà, par la voix de leurs représentants, annoncé qu’ils poursuivraient les dirigeants israéliens en justice (à la CPI notamment), qu’ils rompaient la collaboration sécuritaire et qu’ils maintenaient leur politique de propagande radicalement antijuive, soutenant le Hamas et leurs alliés. Peu de choses à espérer donc de ce côté-là pour le moment. Barak Obama va sans doute mettre la pression sur ce dossier et poursuivre l’action de soutien aux mouvements ouvertement hostiles à Israël en Syrie. Et oui ! Vous avez bien lu et je n’exagère rien. Le dossier iranien va continuer d’envenimer les relations bilatérales… au moins jusqu’aux élections américaines, dans deux ans encore. En attendant, la politique américaine conciliante avec l’Iran va conduire les états de la région dans une course à l’armement nucléaire… pas très rassurant tout cela !

Le Premier ministre ne devrait pas non plus s’ennuyer sur le plan intérieur. Les indicateurs de l’économie israélienne sont certes plutôt bons, mais ils ne profitent pas à tous et la crise du logement parasite sévèrement l’ambition d’un Bibi qui espère bien finir sa carrière politique sur une note des plus positives.

Un autre aspect, sur lequel nous Français avons des attentes, c’est ce qui sera proposé pour aider l’alya des Juifs de France. Croyez bien que sur ce plan, tous les Juifs de notre pays vont être particulièrement attentifs aux décisions prises par le futur gouvernement israélien, car de la France, il n’y a plus de surprise à attendre je le crains.

Guy ATHIA

vendredi 6 mars 2015

Le Jour où le Canari devint un Aigle !

On raconte une histoire qui remonte à l'époque des mines de charbon où les coups de “grisou” tant redoutés étaient monnaie courante. Pour tenter de s’en prémunir, les mineurs emportaient avec eux un canari dans une cage et chargeaient une personne totalement dévouée à le surveiller. Au premier signe de faiblesse du canari, voire de sa mort, les mineurs savaient le gaz mortel présent et le risque d’explosion imminent. Ils évacuaient alors la mine avant qu’une explosion ne vienne les atteindre.
Cela fait un certain temps déjà qu’Israël est identifié au “canari dans la mine de charbon de la civilisation”. Il y a 13 ans, le chroniqueur Jeff Jacoby disait déjà : "Les Juifs, on le dit souvent, sont les canaris dans la mine de charbon de la civilisation. Quand ils deviennent l’objet de la sauvagerie et de la haine, cela signifie que l'air ambiant a été empoisonné et qu’une explosion est imminente. Si les Européens ne s’élèvent pas contre les ennemis des Juifs, il n’est qu'une question de temps avant que les ennemis des Juifs ne se lèvent et se retournent contre eux."


Il y a longtemps que quelques-uns des plus avisés analystes politiques, comme aussi de nombreux théologiens de la Bible, nous mettent en garde au sujet de tout ce qui peut affecter Israël. Jacoby, pour sa part, annonçait dès 2002 que l'Europe pourrait tomber si elle ne s’opposait pas aux ennemis d’Israël et aux antisémites en tout genre.
Aujourd'hui, l'Europe assiste impuissante au départ massif de sa propre communauté juive pour Israël. Les ennemis des Juifs l’ont sans doute déjà emporté sur le territoire européen (non sans le soutien hélas de quelques Européens de souche).
Et cette issue n’est malheureusement pas réservée à la seule Europe. Elle est comme une ombre qui s’étend à l’échelle planétaire, dépassant les frontières géographiques et politiques. Quoique de nombreux Américains veuillent se persuader du contraire, l'Amérique n’échappe pas au fléau qui se répand. Le canari [Israël] s’applique aussi à l'Amérique. En effet, le 3 mars 2015, le “canari” a désespérément essayé d'attirer l'attention des “mineurs” ! Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est exprimé pendant plus de 40 minutes devant le Congrès américain. Son discours enflammé, précis et passionné, a été une véritable démonstration de la valeur d’homme d’État qu’est le chef du gouvernement israélien.
Aucun représentant de la Maison-Blanche n’était présent. Le président Obama était apparemment, au même moment, en vidéo-conférence avec les dirigeants européens. Le Vice-président Biden était en Amérique du Sud et John Kerry (Secrétaire d’Etat) était à Genève pour discuter des accords sur le nucléaire avec l’Iran, ce qui était d’ailleurs aussi le sujet principal de la visite et du discours de Bibi. Plus de 50 élus démocrates choisirent de boycotter le discours de Premier ministre israélien. L'absence du leader du monde libre et de l'ensemble de son cabinet en disent beaucoup sur leurs sentiments vis-à-vis d’Israël et leurs profonds désaccords. Que faut-il réellement comprendre lorsque M. OBAMA affirme être toujours “derrière” Israël?... S’agit-il vraiment de la sécurité d’Israël dont il se déclare être le garant?... Ou faut-il y discerner une action autrement plus sournoise, “derrière” le dos d’Israël?... La question n’est pas impertinente.
Tout cela n’ empêcha pas M. Netanyahu d'exprimer sa profonde gratitude aux États-Unis pour les relations profondes et amicales existant depuis longtemps entre les deux pays. Comme a pu l’exprimer hier encore monsieur Netanyahu lors de son discours pour l'AIPAC (American Israel for Public Affairs Committee – comité américain pour affaires publiques israéliennes) devant 16 000 personnes: “Je n’ai aucune intention de manquer de respect au Président Obama.” Le discours de Netanyahu a commencé par de nombreux exemples spécifiques illustrant la dette d’Israël envers les États-Unis, citant au passage plusieurs cas concrets où M. Obama a soutenu l'État juif. Sa gratitude était sincère et réelle. Il est clair que sa visite n’était manifestement pas une réprimande adressée à l’ administration américaine, mais plutôt un cri d’alarme.
Le reste de son discours porta sur l'Iran et le danger que ce pays représente dès à présent sans capacité nucléaire, et ce qu’il pourrait devenir s’il parvenait à acquérir l’arme nucléaire. Pour la plupart des gens, y compris au Moyen-Orient parmi ceux qui ne sont pas nécessairement les meilleurs amis d'Israël, l'Iran est la plus grande menace pour la région. Mais l'Iran est bien plus qu'une menace régionale, il représente un problème à l’échelle du monde. Si les accords nucléaires actuellement en discussion aboutissent, l'Iran sera bientôt équipé de missiles nucléaires capables d'atteindre Israël, mais aussi à terme la côte Est de l'Amérique.
Netanyahu a délivré un message passionné aux États-Unis, mais à dire vrai, il s’adressait plus largement au monde entier. Il fut interrompu à plus d’une quarantaine de reprises par des salves d'applaudissements, venant des républicains comme des démocrates. Ce que l'administration américaine actuelle ne parvient pas à comprendre, c’est que le discours d'aujourd'hui signifiait beaucoup plus qu’un appel de l'État juif en faveur de sanctions contre l'Iran. Le discours de ce jour était concrètement le “canari” dans la mine de la civilisation, déjà presque asphyxié, peu avant “l'explosion mondiale”.
M. Netanyahu a eu le courage de faire savoir au monde que si nécessaire, Israël se tiendra seul dans la tourmente, avec l'espoir que le Congrès ait compris son message “pas si subliminal que cela” d’être au côté d’Israël si et quand cela sera nécessaire. Cela fut très clair lorsque, vers la fin, il dit : "Nous ne sommes plus dispersés parmi les nations, impuissants à nous défendre. Nous avons retrouvé notre souveraineté dans notre ancienne terre, et les soldats qui défendent notre terre sont téméraires . Pour la première fois depuis 100 générations, le peuple juif peut se défendre. C’est pourquoi, en tant que Premier ministre d'Israël, je peux vous promettre une chose: Même si Israël doit être seul, Israël tiendra.”
Tandis que je reconnais le droit d'Israël à exister et à se défendre, je reconnais aussi que Dieu est derrière la renaissance miraculeuse et la croissance de l'État juif. Rien d'autre ne peut expliquer l'existence d'Israël aujourd'hui, sauf la grâce du Dieu d'Israël qui, à travers les descendants d’Abraham, Isaac et de Jacob, a promis une grande nation et un pays (Genèse 12: 1-3).
M. Netanyahu a montré son courage, son intégrité et son leadership à un moment critique. Beaucoup se plaindront que le leader du monde libre était absent aujourd'hui. La frustration est légitime. Elle donne cependant à Benjamin Netanyahu, l'occasion de dire la vérité avec autorité. Même si une grande menace existentielle demeure encore, et si la route est parsemée d’obstacles, le 3 mars, 2015 restera le jour où le “canari” devint un “aigle”!

Olivier MELNICK

mercredi 25 février 2015

LES « AVEUGLES » CRIENT AU SCANDALE… ET PRÉFÈRENT NE RIEN VOIR !

Évidemment, le diner annuel du CRIF, c’est surtout la rencontre du consensus, du « surtout pas de vague » et des sourires de circonstance. C’est le lieu des rencontres inattendues, des cohabitations improbables et des petites phrases « entendues ». Alors quand un Juif (en l’occurrence le président du CRIF) vient soudain jeter un peu de « lumière » au milieu d’une « obscurité » qui satisfait la majorité bien pensante, cela fait plutôt désordre.
Mais qu’a-t-il donc dit de si scandaleux, le chef des institutions juives de France, pour mettre en émoi tout le gratin médiatique et politique ?... Quelle mouche a donc piqué Roger Cuckierman, quelques heures avant les toasts et apéritifs, pour faire une déclaration aussi fracassante propre à fâcher ses « amis » musulmans avec qui ne dit-il pas tout ?...
Quoi ?... Affirmer qu’aujourd’hui, des « groupes minoritaires » de musulmans sont à l’origine de l’essentiel des actes antisémites n’est-il pas la triste vérité ?...Par ailleurs, ajouter que Marine Le Pen se démarque ostensiblement de son père en veillant à être, jusqu’à présent du moins, « irréprochable » dans ses déclarations publiques en matière de propos antisémites est aussi une vérité, moins « triste » certes, mais pas moins vraie. Alors fallait-il vraiment d’un seul coup faire la vierge effarouchée ?... Crier au scandale et aux propos antimusulmans ?...
Un peu de « lumière » jetée au milieu de « l’obscurité » fait toujours mal aux yeux au début. Et il fallait bien un certain courage pour appuyer sur le commutateur et illuminer la terrible réalité que tous voulaient garder occultée… Le scandale est plutôt qu’on se soit habitué si longtemps aux ténèbres.



La vérité dérangeante, c’est que le néo-antisémitisme a pris un visage différent de celui du nationalisme d’antan, véhiculé aujourd’hui par le mouvement populiste de Jean-Marie Le Pen. C’est maintenant principalement l’Islam et la gauche radicale qui colportent le plus la haine des Juifs, et qui, sous couvert d’antisionisme, font la promotion d’un négationnisme pourtant fermement condamnable dans notre pays.

Fallait-il taire ce genre d’assertion pour éviter de « fâcher » et sauvegarder l’unité de façade ?... Fallait-il absolument noyer le « poisson » en le plongeant dans une multitude de faits racistes commis de manière passive par des « on » ou des « individus » anonymes ?... Fallait-il surtout désigner les musulmans comme les « premières » victimes de toute cette haine, s’affranchissant au passage d’un examen de conscience, tandis que le discours djihadiste provient d’un certain nombre d’imams eux-mêmes, que la CFCM se garde bien de condamner bruyamment ?...

Faut-il avoir les yeux bouchés pour ne pas se rendre compte que derrière les « Mérah », « Kouachi » et autres « Coulibaly », il y a un nombre significatif d’individus qui dans nos banlieues « chaudes » approuvent leurs actes et qui, s’ils en avaient un peu le courage et les moyens, en feraient tout autant ?... La vérité, quand elle en vient à éclater en pleine lumière, fait mal parce qu’elle dissipe les zones d’ombre que l’on voulait dissimuler. Elle oblige alors à faire des choix difficiles qui engagent la conscience et donc le cœur. C’est pour cette raison que les propos de monsieur Roger Cuckierman, somme toute modérés, ont été jugés scandaleux.
Le Président Hollande a bien tenté de « réconcilier » les hommes par une poignée de main devant les caméras, personne n’y croit vraiment.
D’autres, avant ce jour, se sont aussi émus jusqu’au scandale, mais pour des raisons sensiblement différentes. Yéchoua’ mettait en lumière que leurs œuvres étaient mauvaises et ils ne voulaient pas qu’on les voie. Or, est-il utile de rappeler que l’Évangile ne dresse pas les uns contre les autres par idéal ou même par essence ?... Il amène seulement à révéler ceux qui aiment et ceux qui haïssent la Lumière en tant que telle. Tous les hommes sont « frères » parce qu’issus du même sang, mais ils sont divisés par l’amour ou la haine qu’ils ont de la Lumière.

Roger Cuckierman n’a pas toujours brillé dans ses discours, mais il est certain qu’en disant la vérité toute crue, il a jeté de la « Lumière » sur ce que d’autres auraient préféré garder dans l’ombre. C’est sûr, il y a aujourd’hui des « aveugles » qui ne veulent absolument rien voir, pour leur plus grand malheur hélas.
Mais celui qui demeure dans la Lumière s’en trouvera bien… même s’il se fera au passage de nombreux ennemis.


Guy ATHIA